Accueil

 

ARTICLES


Du médium numérique au Fresnoy

Art Basel 2017

57e Biennale de Venise

Art Brussels 2017

Ars Electronica, bits et atomes

BIAN de Montréal : Automata

Japon, art et innovation

Electronic Superhighway

Biennale de Lyon 2015

Ars Electronica 2015

Art Basel 2015

La biennale WRO

La 56e biennale de Venise

TodaysArt, La Haye, 2014

Ars Electronica 2014

Du numérique dans l’art à Bâle

BIAN de Montréal : Physical/ité

Berlin, festivals et galeries

Unpainted Munich

Biennale de Lyon, et en suite

Ars Electronica, Total Recall

La 55e biennale de Venise

Le festival Elektra de Montréal

Pratiques numériques d’art contemporain

Berlin, arts technologies et événements

Sound Art @ ZKM, MAC & 104

Ars Electronica 2012

Panorama, le quatorzième

Biennale Internationale d'Art Numérique

ZKM, Transmediale, Ikeda et Bartholl

La Gaîté Lyrique, un an déjà

TodaysArt, Almost Cinema et STRP

Le festival Ars Electronica de Linz

54e Biennale de Venise

Elektra, Montréal, 2011

Pixelache, Helsinki, 2011

Transmediale, Berlin, 2011

Le festival STRP d'Eindhoven

Ars Electronica répare le monde

Festivals d’Île-de-France

Tendances d’un art d’aujourd’hui

Pratiques artistiques émergentes

L’ange de l’histoire

La biennale de Lyon

Ars Electronica 2009

La Biennale de Venise

Némo & Co

De Karlsruhe à Berlin

Les arts médiatiques à Londres

Youniverse, la biennale de Séville

Ars Electronica 2008

Réseaux sociaux et pratiques soniques

Peau, médias et interfaces

Des étincelles, des pixels et des festivals

Les arts numériques en Belgique

Territoires de l’image - Le Fresnoy

Ars Electronica 2007

Les arts numériques à Montréal

C3, ZKM & V2

Les arts médiatiques en Allemagne

Le festival Arborescence 2006

Sept ans d'Art Outsiders

Le festival Ars Electronica 2006

Le festival Sonar 2006

La performance audiovisuelle

Le festival Transmediale 2006

Captations et traitements temps réel

Japon, au pays des médias émergents

Les arts numériques à New York


 

INTERVIEWS


Grégory Chatonsky

Antoine Schmitt

Eduardo Kac

Maurice Benayoun

Stéphane Maguet


 

Liens

 

Bibliographie

MOVE 36

spacerEduardo Kac vit et travaille à Chicago où il enseigne à l’Art Institute. Né en 1962, il pratique la performance au début des années 80 avant de s’intéresser aux arts de la télécommunication et de la télé présence. Eduardo Kac, dont le travail se situe aujourd’hui aux frontières des arts et des biotechnologies, se définit lui-même comme un artiste transgénique.

spacerPouvez-vous nous éclairer sur l’origine du titre de ce dispositif que l’on peut traduire en français par “Coup 36” ?
spacerL’origine, c’est la partie d’échec que l’ordinateur Deep Blue remporta en 1997 face à Gary Kasparov. C’était la première fois qu’un ordinateur gagnait une partie d’échec. Ce qui m’intéresse plus particulièrement dans cette partie, c’est la façon dont l’ordinateur a gagné. On pense généralement qu’un ordinateur prend le chemin le plus court pour aller d’un point A à un point B, mais là, ce n’est pas ce qui s’est passé. La machine, plutôt que d’aller directement vers le roi, a pris une pièce plus petite et Kasparov a alors pensé qu’elle s’était “trompée”. Mais quelques coups plus tard, elle a finalement remporté la partie. L’humain, alors considéré comme le meilleur joueur d’échec au monde, s’est trompé alors que la machine a fait preuve d’un comportement subtil.

 

img spacer Move 36, Installation transgénique (2004).

 

spacerNe pensez-vous pas qu’au moment précis de ce “Coup 36”, Kasparov se pose la question de savoir ce qu’il a réellement en face de lui ?
spacerUne fois la partie terminée, les gens, évidemment très surpris, sont revenus sur ce qui s’était passé pour essayer de comprendre cette subtilité qui pourtant ne s’explique pas. Il ne s’agit pas de penser que la machine a eu un comportement conscient, mais simplement de dire qu’il y a des choses qui sont difficilement compréhensibles. Quant à la question de savoir ce que Kasparov imagine avoir en face de lui à ce moment, elle est moins intéressante que sa réponse émotionnelle, parce qu’évidemment la machine, contrairement à Kasparov, n’a pas eu de réponse émotionnelle.

spacerL’origine de cette œuvre ne fait-elle pas écho à cette grande peur de l’humanité d’être un jour dominé par les machines ?
spacerIl s’agit plutôt d’un changement de la notion d’humanité, parce que je pense qu’à l’avenir les machines seront un peu plus humaines, alors que les humains seront peut-être davantage transgéniques ou clonés. C’est la définition même d’humanité qui est en train d’évoluer.

spacerQuels sont les matériaux qui constituent les cases du jeu d’échec représenté sur la partie supérieure de la table située au centre de la pièce ?
spacerLes cases noires sont en terre alors que les cases blanches sont faites de sable, ainsi, il y a un contraste entre la terre qui représente la vie et le silicone qui évoque les ordinateurs.

 

img spacer Move 36, Détail (2004).

 

spacerDonc un contraste entre le naturel et l’artificiel.
spacerPas vraiment, puisque le sable est naturel alors que cette terre est spécifiquement produite pour le marché. Alors, où est le naturel, où est l’artificiel ?

spacerOn remarque l’absence de pièces sur cet échiquier alors qu’une plante, seule, est située à l’endroit du “Coup 36”. Symbolise-t-elle la trace, la mémoire d’une partie, d’un combat ?
spacerRemarquez qu’il y a aussi deux projections vidéo, situées de part et d’autre de la plante, qui représentent, in absentia, les deux joueurs d’échec. Le regard de l’observateur, face à l’une de ces animations numériques représentant des échiquiers, où formes et couleurs évoluent à des rythmes différents selon les zones, est naturellement attiré par une case, puis par une autre et ainsi de suite. Le spectateur se retrouve alors, toujours in absentia, à la place de l’un des deux joueurs.

spacerQuelles sont les modifications génétiques qui vous ont permis de concevoir cette plante unique ?
spacerJ’ai commencé par traduire la phrase bien connue de Descartes “Cogito Ergo Sum”, qui signifie en latin  “Je pense donc je suis”, en code ASCII 8 bits. J’ai ensuite converti cette même suite de 0 et de 1 en caractères A, C, G et T représentant les quatre bases de la génétique. Ainsi, la paire binaire 00 est devenue A, 01 est devenue C, 10 est devenue G et 11 est devenue T. C’est avec cette séquence que j’ai obtenu un gène chimérique avec lequel j’ai enfin créé la plante.

 

img spacer Move 36, Détail (2004).

 

spacerVous avez utilisé le morse lors de la réalisation de “Genesis” et l’ASCII durant la conception de “Move 36”. Est-ce un moyen pour vous d’aller à l’essentiel que d’utiliser des langages extrêmement rudimentaires évoquant, dans les deux cas, les origines des moyens de communication contemporains ?
spacerCes langages extrêmement rudimentaires sont aussi au service de messages philosophiques, parce que c’est une des fonctions de la philosophie que de nous conduire aux origines d’une pensée. Durant la réalisation de “Genesis”, j’ai en effet utilisé le code Morse qui, en plus d’être la première forme de communication universelle, est aussi une métaphore de la génétique contemporaine, puisque c’est le physicien Erwin Schrödinger qui a pour la première fois, durant les années 40, suggéré que les gènes fonctionnent comme du code Morse. La question qui se pose alors est de savoir comment une métaphore est devenue vérité scientifique. Mais il est aussi intéressant de remarquer que la notion de code, dans la génétique, n’était à l’origine qu’une métaphore. Or une métaphore provient généralement de la littérature ou de l’art. Cela revient à dire qu’à la genèse de la génétique contemporaine, il y a une métaphore.

spacerEst-ce pour évoquer ce qui différentie l’homme de la machine, que vous utilisez cette phrase de Descartes ?
spacerLa pensée de Descartes opère une rupture avec la vision théocratique du monde qui est prédominante à son époque. Pour la première fois dans l’histoire, on essaie de quantifier la réalité et c’est alors le commencement de la biologie, de la physique et de la pensée contemporaine. Evidemment, c’est aussi le début de l’univers des ordinateurs. Mais Descartes a aussi spéculé, dans “Discours de la méthode”, autour du fait que les animaux, comme les machines les plus avancées, n’avaient ni raison ni langage. Or, depuis cette époque, notre appréhension des animaux et des machines a évolué et c’est ça que je trouve très intéressant.

 

img spacer Move 36, Détail (2004).

 

spacerDans cette pièce, est-ce la plante, ou bien la machine, qui nous dit “Je pense donc je suis” ?
spacerC’est la plante, parce que cette installation n’est pas là pour illustrer une partie d’échec. Je prends cette partie comme un contexte propice à une réflexion sur l’avenir. Or dans l’avenir, c’est peut-être la plante qui nous dira : “Je pense donc je suis”. De plus, ce n’est pas simplement une plante, mais une plante créée avec du code ASCII. Aussi, où commence la plante, où se termine le code universel de l’ordinateur, où est l’homme ?

spacerLa fusion est une notion transversale dans votre travail. N’est-il pas, ici encore, question de fusion, mais cette fois entre la plante et la machine ?
spacerJe m’intéresse en effet beaucoup à la notion d’hybridation qui est indissociable de celle de pureté. Lorsque nous pensons trouver quelque chose de pur, souvent, nous nous apercevons qu’il s’agit en fait d’éléments hybrides. Aussi, je peux peut-être, en tant qu’artiste, mettre en évidence ce fait fondamental.

spacerCette plante “unique”, créée par vous, reçoit quelques rayons d’une lumière blanche provenant du dessus. N’est-ce pas là une façon, comme le faisaient les anciens, d’évoquer le divin ?
spacerC’est une façon de suggérer qu’il y a des choses que nous ne pourrons jamais comprendre. Il n’est pas question ici de religion ou d’obscurantisme, mais simplement de dire que même avec toutes les sciences, et toutes les technologies, il y aura toujours des choses que nous ne pourrons pas expliquer. Il faut simplement accepter ce fait, sachant que c’est aussi le rôle d’un artiste de poser des questions comme de suggérer des possibilités à venir.

 

img spacer Move 36, Détail (2004).

 

spacerOn pourrait, pour qualifier cette œuvre, utiliser des termes telle installation ou dispositif, alors que vous semblez préférer la notion d’œuvre transgénique. Pouvez-vous définir cette notion ?
spacerCette notion de transgénique se situe dans la continuité de mon travail qui, depuis les années 80, s’articule autour de la notion d’hybridation. Je trouve en effet très intéressant que la transgénique représente souvent la monstruosité, alors que la recherche génomique a mis en évidence le fait que certaines séquences du génome humain proviennent de virus ou de bactéries. Finalement, cela revient à dire que l’homme est transgénique, ainsi, les monstres c’est nous.

spacer“Move 36” est une pièce d’une relative complexité où la mise en scène est primordiale. Ne s’agit-il pas tout simplement d’une œuvre conceptuelle ?
spacerNon, je ne pense pas, parce que créer du vivant n’est pas un acte conceptuel. C’est une démarche qui force les spectateurs, les critiques et autres historiens d’art à développer un nouveau vocabulaire, car nous ne pouvons pas utiliser un vocabulaire qui existe déjà pour définir des œuvres d’art transgéniques.

 

spInterview réalisée par Dominique Moulon pour Images Magazine, janvier 2006