Accueil

 

ARTICLES


Du médium numérique au Fresnoy

Art Basel 2017

57e Biennale de Venise

Art Brussels 2017

Ars Electronica, bits et atomes

BIAN de Montréal : Automata

Japon, art et innovation

Electronic Superhighway

Biennale de Lyon 2015

Ars Electronica 2015

Art Basel 2015

La biennale WRO

La 56e biennale de Venise

TodaysArt, La Haye, 2014

Ars Electronica 2014

Du numérique dans l’art à Bâle

BIAN de Montréal : Physical/ité

Berlin, festivals et galeries

Unpainted Munich

Biennale de Lyon, et en suite

Ars Electronica, Total Recall

La 55e biennale de Venise

Le festival Elektra de Montréal

Pratiques numériques d’art contemporain

Berlin, arts technologies et événements

Sound Art @ ZKM, MAC & 104

Ars Electronica 2012

Panorama, le quatorzième

Biennale Internationale d'Art Numérique

ZKM, Transmediale, Ikeda et Bartholl

La Gaîté Lyrique, un an déjà

TodaysArt, Almost Cinema et STRP

Le festival Ars Electronica de Linz

54e Biennale de Venise

Elektra, Montréal, 2011

Pixelache, Helsinki, 2011

Transmediale, Berlin, 2011

Le festival STRP d'Eindhoven

Ars Electronica répare le monde

Festivals d’Île-de-France

Tendances d’un art d’aujourd’hui

Pratiques artistiques émergentes

L’ange de l’histoire

La biennale de Lyon

Ars Electronica 2009

La Biennale de Venise

Némo & Co

De Karlsruhe à Berlin

Les arts médiatiques à Londres

Youniverse, la biennale de Séville

Ars Electronica 2008

Réseaux sociaux et pratiques soniques

Peau, médias et interfaces

Des étincelles, des pixels et des festivals

Les arts numériques en Belgique

Territoires de l’image - Le Fresnoy

Ars Electronica 2007

Les arts numériques à Montréal

C3, ZKM & V2

Les arts médiatiques en Allemagne

Le festival Arborescence 2006

Sept ans d'Art Outsiders

Le festival Ars Electronica 2006

Le festival Sonar 2006

La performance audiovisuelle

Le festival Transmediale 2006

Captations et traitements temps réel

Japon, au pays des médias émergents

Les arts numériques à New York


 

INTERVIEWS


Grégory Chatonsky

Antoine Schmitt

Eduardo Kac

Maurice Benayoun

Stéphane Maguet


 

Liens

 

Bibliographie

PIXELACHE, HELSINKI, 2011

Pixelache a été fondé par Juha Huuskonen à Helsinki en 2002. Depuis, c'est un véritable réseau international qui s'est constitué. Le commissaire d'exposition Mathieu Marguerin et Kevin Bartoli, l'un des membres du collectif RYbN, préparent ensemble la version française du Mal au Pixel qui se tiendra à Paris en juin prochain. Mais revenons à la dernière édition du festival finlandais qui s'est tenu principalement sur les îles de Suomenlinna en mars 2011.

imgCartographies et territoires

Tvestroy sp Jodi,
"GeoGoo",
2010.



imgDes formes étranges se construisent sur les cartes qui sont vidéo projetées derrière la curatrice indépendante Susanne Jaschko lorsqu'elle introduit le colloque "Map me if you will". Ce sont les œuvres graphiques et animées des membres du duo Jodi dont on apprend bien peu de choses si l'on se contente de visiter leur site Web car on se perd dans les profondeurs du code. Ils créent en effet plus qu'ils ne documentent leurs détournements artistiques de systèmes d'exploitation, de jeux vidéo ou de services Web. Aller à l'adresse "globalmove.us" revient à observer la carte d'un territoire dont on ignore tout puisque c'est la machine qui le choisit à notre place. On y devine, ici un fond marin, là un désert. Mais peu importe le lieu quand ce sont les icônes de Google Map qui, les unes après les autres, finissent par former un dessin. L'application dont les artistes se sont saisi est d'une extrême précision, déplaçant la carte au sein de la fenêtre du navigateur comme le fait un dessinateur de moyens formats sous sa main dominante. Ici, c'est la planète toute entière qui défile sous nos yeux, alors que les assemblages d'icônes recouvrent des territoires dont la démesure satisferait les plus ambitieux des Land artistes.

imgMonnaies locales

Natures sp Christian Nold
"Bijlmer Euro",
depuis 2009.



imgTous les intervenants du colloque, à l'instar de Christian Nold, ont un rapport privilégié aux cartes ou territoires. Ce dernier, après avoir cartographié les émotions de gens ordinaires durant des expériences de "Bio Mapping", s'est intéressé aux monnaies locales. Il a grandi à Lewes, dans le Sussex, et habite actuellement à Brixton, dans le sud de Londres. Il est donc habitué aux monnaies locales comme les Lewes et Brixton Pounds. Mais c'est dans un quartier d'Amsterdam, le Bijlmer, que Christian Nold a décidé de traquer les moindres échanges d'une étrange monnaie afin d'en dresser des cartographies. Il a, pour ce faire, eu l'idée de décoller les puces RFID (Radio Frequency IDentification), de tickets de transports usagés pour les coller temporairement sur des coupures de cinq et dix euros. Ainsi customisés, les billets dont la puce est unique peuvent alors être scannés par les marchands participant à l'usage du Bijlmer Euro en offrant des réductions aux possesseurs de cette monnaie locale. Les cartes interactives qui résultent des mouvements de tels billets révèlent de possibles associations entre commerces de proximité à l'heure où nous sommes de plus en plus sensibles aux bilans carbones des produits que nous consommons.

imgLe Fabbot

Natures sp Ars Longa & Studio Lo
"FabBot", 2010-2011,
Source Maria Spera.



imgIl faut passer d'une île à l'autre, sans quitter la forteresse maritime de Suomenlinna qui est inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco, pour se rendre à la galerie Augusta. Franchir l'entrée de l'exposition c'est entendre le son de la fraiseuse à commande numérique, CNC, autour de laquelle s'activent Vincent Guimas de la Galerie Ars Longa, les membres du collectif Studio Lo et le designer Sten Ridarch. Leur projet commun s'inscrit dans la continuité du concept de laboratoire de fabrication, fablab, initié lors du cours "How To Make (Almost) Anything" du MIT. Les objets qu'ils usinent ensemble à l'aide de leur fabbot sont documentés sur le site du magasin laboratoire "maglab.fr." Or Parmi eux : une étrange brique de bois, un "Decision Maker" percé d'un trou dans sa partie supérieure. La bille métallique que l'on y insère doit parcourir les méandres intérieurs que la machine a mémorisés puis creusé avant de se prononcer en répondant par un oui ou par un non à la décision que l'on doit prendre ou ne pas prendre. « Devrais-je aborder ce jeune artiste qui semble assailli par ses créatures métalliques ?»

imgLa pensée binaire

Natures sp Niki Passath
"Zoe", 2010.



imgLes petits robots qui gesticulent au pied de Niki Passath, leur concepteur, évoquent des araignées. Pourtant, c'est le lion automate de Léonard de Vinci qui a inspiré cet artiste autrichien. « My little things », comme il les surnomme affectueusement, ne sont dotées que d'un bit de mémoire. Ce qui en fait les robots les moins intelligents du monde car ils ne savent qu'avancer ou reculer. Pourtant, les spectateurs leur confèrent aisément toutes sortes d'intentions, notamment quand ils semblent se "frotter" à eux avec insistance. Cependant, ils peuvent se déplacer sur la neige là où les humains s'enfonceraient. Ils seraient à même de rejoindre Helsinki sans passer à travers la couche de glace qui recouvre la mer Baltique en ce moment de l'année. Ils "survivraient" en effet à bien des catastrophes qui pourraient nous atteindre comme nous anéantir. Quant au lion de Léonard, il a disparu depuis bien longtemps, mais on rapporte qu'il s'immobilisa devant François 1er avant que son mécanisme ne fasse apparaître une fleur de Lys.

imgD'artificiels sourires

Natures sp Andreas Schmelas
& Stefan Stubbe
"Artificial Smile",
2009-2010.



imgQuittons maintenant Suomenlinna pour nous rendre sur le continent, à Helsinki, où il est des lieux comme la galerie Muu qui se sont associés au festival. L'exposition "Computational photography" y regroupe les travaux de huit artistes dont Andreas Schmelas et Stefan Stubbe. Ces derniers ont conçu un appareil photographique quelque peu particulier qu'ils abandonnent dans les mains des spectateurs. Les sujets photographiés se reconnaissent dans l'image vidéo projetée bien qu'il y ait quelque chose de monstrueux dans leurs visages. Le dispositif, équipé d'une application de reconnaissance faciale, y incruste en effet les bouches d'autrui, en temps réel, pour que tout le monde soit également souriant. Et l'on pense aux réunions familiales et politiques où la bonne humeur est de mise, surtout durant l'instant photographique. Les images augmentées de ces jeunes artistes allemands nous rappellent aussi les sourires forcés de ceux qui ont eu recours à la chirurgie esthétique. Sans oublier que « Sony l'a fait », puisque le fabricant a ajouté un détecteur automatique de sourire au sein des appareils photographiques de ses dernières gammes !

Natures sp Jean Katambayi Mukendi
"Ecoson", 2010,
Source Nathalie Aubret.



imgDu Sud vers le Nord

imgA la galerie Myymälä2, la quatrième édition du programme "Signals from the South" est dédiée à Jean Katambayi Mukendi. Il y expose trois pièces dont les problématiques s'articulent autour de notions liées à l'énergie. "Simulen" évoque les dangereuses manipulations manuelles que doivent faire les habitants de la République Démocratique du Congo pour rétablir le courant électrique dont le voltage est des plus instable. Durant sa présentation, l'artiste remonte à l'enfance afin de justifier son intérêt pour les nombres, son usage immodéré du carton ou sa connaissance des métaux comme de l'électricité. L'installation "Ecoson" est davantage complexe. Elle établit une relation entre nature et énergie. Sur une carte où les continents ont été réorganisés, une matrice de diodes électroluminescentes est connectée à un assemblage de bocaux contenant diverses matières organiques. Le public est incité à se saisir d'une manivelle pour activer l'œuvre selon une combinatoire imaginée par l'artiste. Mais c'est sur une représentation du monde que nous agissons sans savoir les résultats de nos opérations alors que nos téléphones portables regorgent de composants nécessitant l'extraction de minerais, qui n'est pas sans conséquences, en République Démocratique du Congo.

imgBruits et musicalité

Natures sp Yann Leguay
"Quasi Static
Crack Propagation",
2011.



imgQuand arrive le soir, c'est au Club Dubrovnik que les festivaliers se retrouvent, là où Yann Leguay donne sa performance intitulée "Quasi Static Crack Propagation". L'artiste français est équipé de têtes de lecture pour disques vinyles et traque, sur scène, les bruits qui d'ordinaire nous inquiètent lorsqu'il s'agit de nos disques durs. Des boucles sonores s'entremêlent au rythme des rotations des disques et autres magnétophones. Durant toute la performance, il positionne et repositionne méticuleusement les têtes de lectures captant ainsi les petits accidents sonores qui, se répétant, participent d'une musique définitivement électronique. On pense alors inévitablement aux expérimentations sonores de John Cage où l'imprédictibilité était de mise comme à son conseil : « Si un son vous dérange, écoutez-le ». Quant aux spectateurs qui omettent les gestes de l'instrumentiste, ils sont instantanément immergés dans un malstrom sonore où tous les sons semblent à leur place, sans redondance aucune.

imgAu Kiasma

Natures sp Saara Ekström
"Dust", 2011,
Source Petri Virtanen.



imgCe serait totalement déraisonnable que d'aller à Helsinki sans visiter son musée d'art contemporain, le Kiasma, où il est encore question d'imprédictibilité au sein de l'exposition dédiée à Saara Ekström. Les innombrables disques en plastique de petite taille de l'installation "Disturbance" sont soumis au flux incessant d'un air pulsé par deux ventilateurs. Les formes se succèdent comme à la surface d'une eau paisible que le vent anime délicatement. Sans rafale, sans même que l'on ait le temps d'y reconnaître quoi que ce soit de figuratif. Enfin il y a "Dust" où la poussière se déplace dans une image vidéo projetée qui semble avoir été dépliée. Dès qu'une forme apparaît, elle est remplacée par une autre, accompagnée de ses symétries. L'œuvre a les allures d'un vaste mandala qui évoluerait sans aucune présence humaine, si ce n'est celle des spectateurs impuissants même à retenir les poussières, dans l'image, qui semblent soumises à quelques forces magnétiques, donc invisibles par essence.

Article rédigé par Dominique Moulon pour Digitalarti, mai 2011.